Bandeau
Nature Québec
Les splendeurs de la nature sauvage

Au menu du blogue, la nature du Québec au fil des saisons, expédition en kayak camping, matériel d’expédition, kayak pliant Klepper à voile, Passe-montagne mon Land Rover série 3, balade et pêche en canoë, camping, faune et flore, survie, vie sauvage, cuisine sauvage, vie en tipi et joie et bonne humeur !

La girolle ou chanterelle
Article mis en ligne le 6 juillet 2008
dernière modification le 4 février 2016

par Christian
logo imprimer

On trouve des girolles de la mi-juillet à octobre dans des forêts aux peuplements mélangés et dans les forêts d’épinettes. La girolle pousse assez lentement et il lui faut jusqu’à deux semaines pour atteindre sa pleine taille.
Jaune orangé, elle a un chapeau convexe en forme d’entonnoir. Sa chair est ferme, épaisse, jaune pâle. Elle peut être confondue avec la fausse girolle, moins savoureuse et donnée toxique par certains ouvrages ou avec le clitocybe lumineux, toxique.

La girolle se prête à de nombreuses et succulentes recettes. Cuite à feu doux et suffisamment longtemps, elle se marie parfaitement avec les viandes blanches.

Vertus :

Outre son parfum et sa saveur, certains mycologues prêtent à la girolle des vertus médicinales.

  • Elle est riche en vitamine A.
  • Elle aurait une action contre certaines tumeurs cancéreuses.
  • Elle aurait une action anti-cholestérol.
  • Elle soigne les peaux sèches.
  • Elle serait un bon remède pour certains troubles de la vision et améliorerait la vision nocturne.

Cueillette :

Attention :. Arracher le champignon endommage le mycélium et compromet les récoltes futures. J’ai montré à un copain une zone où je ramassais des centaines de girolles depuis des années. Il a fait à cet endroit des razzias sans précautions et le lieu est maintenant stérile de toute girolle...

  • Ne récolter que les beaux spécimens, sans parasites.
  • Ne pas récolter plus de 90 % des bonnes girolles et laisser le reste pour la reproduction de l’espèce.
  • Couper les champignons avec un couteau au ras du sol et les mettre dans un panier d’osier (qui laissera les pores s’échapper, ce qui ressèmera les champignons) ou dans des sacs papier. Les sachets plastiques sont à proscrire, ils vont se décomposer rapidement.
  • Ne mélanger pas les espèces chacune doit être mise dans des sacs séparés.
  • Au retour, faites faire l’identification de votre récolte par un spécialiste.

Préparation, consommation

Il faut les nettoyer avec une brosse à champignon et les réfrigérer le plus vite possible pour qu’’elles gardent leurs qualités
La chanterelle comestible se conserve assez bien au réfrigérateur, une à deux semaines dans une boîte hermétique.
On peut la sécher, mais cela va altérer sa saveur. Le mode de conservation le plus courant est la mise en conserve.

Petite promenade aux girolles dans le Pontiac

Nous partons avec Passe-montagne, notre Land rover série 3 de 1974 sur des petits chemins proches du Val à l’âne à la recherche de notre champignon préféré, la girolle ou chanterelle.

Nous surprenons un héron au milieu du chemin qui mange tranquillement un poisson. Nous l’observons longuement et attendons patiemment qu’il ait fini son repas.

Le poisson avalé, il prend son envol et part vers un lac

Nous fouillons du regard les sous-bois.
Lorsque les endroits nous paraissent propices aux chanterelles, nous partons en exploration à pied.

Les premières chanterelles apparaissent enfin.
Telles des pépites d’or, d’un jaune éclatant, elles signalent leur présence aux gourmands gourmets que nous sommes.

Voilà l’objet de notre convoitise, la chanterelle ciboire.

Quelqu’un est passé avant nous, en a déraciné une et l’a laissée au sol.
Étrange non ?

Elle pousse en colonie et se distingue facilement quelque soit sa taille grâce à sa couleur.

Les bois sont denses et touffus et aller jusqu’aux girolles peut être difficile

Nous ne sommes pas les seuls à aimer les champignons !

Un énorme champignon d’une étrange couleur rouge.
Je vais chercher ce que c’est.

Et tout autour, des dizaines de girolles

Heureusement, il y a de la place dans le 4x4 pour la récolte.

Nous marchons le long des chemins, guettant les places favorables.

Nous en profitons pour observer les fleurs et les insectes qui y vivent.

Nous découvrons une magnifique colonie de pierres ornées.

Les chemins sont mauvais et ravinés, seul un 4x4 permet de s’y déplacer en sécurité

On laisse les trop petites, on repassera dans une semaine pour qu’elles grandissent.

Des petits fruits sauvages sont à différents stades de développement.

On longe des lacs. Les pondétéries cordées sont en fleur.

Et on se gave de framboises.

Nous nous gavons de succulentes framboises.

La piste est détrempée par les pluies de ces derniers jours.

Champignons, où êtes-vous ?

On gare Passe-montagne et on part à la recherche de girolles.

On admire au passage quelques fleurs de zone humide.

Sur l’une d’elles, une énorme toile d’araignée.

Avec des restes de repas.

Nous découvrons l’hôte des lieux, une magnifique araignée de taille impressionnante.

Le chemin du retour est boueux, mais nous sommes contents, plusieurs kilos de girolles et de belles observations de merveilles naturelles.

Au retour, devinez ce que nous avons mangé ? Une bonne omelette aux girolles !

Page créée le 24/01/2010 et lue 10659 fois

P.S. :

Page lue 10659 fois sur l’ancien site


1/5 Lire la suite ...
La chasse aux aurores boréales

Je viens de passer u mois à Kuujjuaq. Toutes les nuits j’ai guetté les aurores, les premières semaines, il y en avait tous les soirs mais très faibles. J’ai marché dans la nuit, cherchant des lieux sympa pour les photographier. Ce sont celle que vous pouvez voir dans les photos...

2/5 Lire la suite ...
La route de la Baie D’Ungava - la route de nulle-part

Au départ de Kuujjuaq, il existe une route surnommée “la route de nulle-part” qui devrait dans un avenir plus ou moins lointain se rendre jusque dans la baie D’Ungava jusqu’à Dry Bay où il pourrait y avoir un quai de déchargement pour les bateaux qui ravitaillent Kuujjuaq....

3/5 Lire la suite ...
Première sortie de Momovik dans la toundra

Momovik, le land rover série 3 de 1974, est arrivé à Kuujjuaq au Nunavik par cargo. Il a été déchargé sur une barge qui l’a conduit à Kuujjuaq. Toute une épopée !

Le premier jour de vacances de Momo, nous sommes partis sur les pistes nous promener. Tout d’abord, nous avons...

4/5 Lire la suite ...
Le boeuf musqué - Ovibos moschatus

Depuis 15 jours, je cherche, les bœufs musqués.

On a été dans une zone montagneuse de taïga, de toundra, ou Momo à vu des bœufs musqué il y a peu, on a regardé partout, personne…

Quelques jours après, ils ont été vu sur une colline près de la plage. On l’a arpenté en tous sens,...

5/5 Lire la suite ...
La Baie d’Ungava

Nous partons le 2 septembre avec Allen Gordon et son puissant bateau a la découverte de la rivière Koksoak jusqu’à l’entrée de la Baie d’Ungava. En cours de route, nous avons eu le bonheur d’observer une famille de bœufs musqués. Nous avons croisé de nombreux canots, vu des bateaux...

Forum
Répondre à cet article

Au fil des saisons

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Actualités

0 | 4 | 8

Balade dans la taiga devant chez Momo

Devant chez Momo à Kuujjuaq, il y a une grosse colline. Nous sommes partis (...)

Première sortie avec le kayak pliant Pouch RZ 85/3

Cet après midi, on a mis le pouch sur notre chariot porte kayak et on est (...)

La chasse aux aurores boréales

Je viens de passer u mois à Kuujjuaq. Toutes les nuits j’ai guetté les (...)

La route de la Baie D’Ungava - la route de nulle-part

Au départ de Kuujjuaq, il existe une route surnommée “la route de nulle-part” (...)



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2017 © Nature Québec - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.35
Hébergeur : Voillemont Christian