Bandeau
Nature Québec
Les splendeurs de la nature sauvage

Au menu du blogue, la nature du Québec au fil des saisons, expédition en kayak camping, matériel d’expédition, kayak pliant Klepper à voile, Passe-montagne mon Land Rover série 3, balade et pêche en canoë, camping, faune et flore, survie, vie sauvage, cuisine sauvage, vie en tipi et joie et bonne humeur !

La piste Cyclable du Cycloparc PPJ

Le Cycloparc PPJ est une piste cyclable qui traverse des paysages très diversifiés et qui passe à coté de chez moi !

Article mis en ligne le 7 janvier 2016
dernière modification le 20 février 2016

par Christian
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Le Val à l’âne est situé près du milieu de la piste cyclable du Cycloparc PPJ.

 La piste cyclable du Cycloparc PPJ :

Construite sur l’ancienne voie ferrée de la Pontiac Pacific Junction Rail Way (PPJ), la piste cyclable du Cycloparc PPJ part de quelques kilomètres de Quyon pour se rendre jusqu’à la frontière de l’Ontario sur l’île aux allumettes. Sur 92 km, vous découvrirez des paysages très diversifiés comme des plaines agricoles, des forêts de feuillus, de très belles zones marécageuses tout en serpentant entre les premiers contreforts des Laurentides et la rivière des Outaouais. La piste est bien entretenue, le revêtement en poussière de roche est roulant d’autant plus que les pentes du parcours n’excèdent pas 4 %. On y trouve de nombreuses aires de repos bien aménagées avec des tables de pique-nique, des bancs, des toilettes, poubelles et des portes-vélos. Une signalisation à chaque croisement de pistes ou de route vous donne la distance vers le prochain village, le nom du chemin, le tout complété par des bornes kilométriques.

Les paysages sont beaux et sans cesse changeants, la piste agréable et facilement accessible à toute la famille. Ce qui est remarquable, c’est que la piste traverse quatre grands villages, Shawville, Campbell’s Bay, Fort-Coulonge, Waltham séparés chacun par une distance à peu près égale. Chaque village traversé se distingue par son histoire et son architecture à chaque fois très différente. Il est rare de trouver une piste cyclable qui en 92 km peut offrir une telle diversité dans les paysages, les écosystèmes et les villages traversés. Pour ceux qui veulent prendre le temps de découvrir villages et paysages, il y a matière à émerveillement.

 Un bain de jouvence :

Fleurs innombrables et sans cesse différentes, végétation exubérante, grande richesse en espèces d’oiseaux, petits fruits, paysages très colorés en automne, traversée de jolis villages, tout ici respire la nature, le calme et la tranquillité alors que le début de la piste est à une cinquantaine de kilomètres de la Capitale du Canada !
La piste traverse des zones agricoles, des forêts, des milieux humides, longe l’Outaouais et traverse l’île aux allumettes. En variant ses sorties en fonction du temps et de la saison, la piste est toujours agréable et a toujours beaucoup à offrir. Nous pourrons vous conseiller sur ses attraits saisonniers.

 Le PPJ en bref à partir du Val à l’âne :

Vers l’est :

Du Val à l’âne à Campbell’s Bay

Vous prenez le chemin Sloan sur 1 kilomètre qui vous mènera au Cycloparc. Vous tournez à gauche vers l’est et vous allez arriver à Campbells’bay, qui est situé à 6 km du Val à l’âne.
Vous traverser une zone de pâturages pour entrer dans des bois et dans une zone humide magnifique entourée de forêts. En entrant à Cambell’s Bay, vous verrez sur votre droite une magnifique Baie rocheuse avec des îlots. Au centre du village, sur le bord de la piste vous trouverez une banque, des restaurants, une épicerie bien achalandée et un quai public aménagé. En automne ce trajet est magnifique.

De Campbell’s Bay à Shawville

Sur 18 kilomètres, vous allez traverser des paysages diversifiés avec des collines, des vallons, des forêts, longer des ravins, traverser des zones humides... En automne ce parcours est magnifique. C’est celui que nous préférons faire lorsque nous voulons un peu rouler en automne lorsque les couleurs sont à leur maximum. Entre les haies de vinaigriers d’un rouge intense et les couleurs des arbres qui vont du jaune à l’orange fluo en passant le rouge, on en prend plein les mirettes... Joindre le plaisir du sport à la beauté de ces paysages est un des grands plaisirs de la vie que nous aimons retrouver années après année avec d’autant plus de plaisir que cette symphonie de couleur est sans cesse différente. Shawville est un village important où vous trouverez des banques, restaurant, hôpital, supermarchés...
Le parcours Val à l’âne Shawville fait 48 kilomètres aller-retour.

De Shawville à Wyman.

La piste faite 17, 26 km et vous amène au début la piste est sur le bord de la route 148. Un kiosque d’information touristique en bois rond et une cabane de casse-croûte marquent l’endroit. Vous êtes près de Quyon et à une cinquantaine de kilomètres de Gatineau. Cette partie de la piste traverse des pâturages, des petits bois et quelques grandes cultures. Une profusion de fleurs et de petits fruits ont colonisé les abords de la piste cyclable.
Le parcours Val à l’âne Wyman fait 82.5 kilomètres aller-retour.

Vers l’ouest :

Val à l’âne à Fort-Coulonge

12,7 km Prairies et forêts ;
Il faut prendre le chemin Sloan jusqu’à la piste cyclable puis tourner à gauche vers l’Ouest. C’est notre balade préférée en été. La piste traverse quelques pâturages et suit un petit marais puis entre dans des bois où il fait bon rouler en été lorsqu’il fait chaud. La piste arrive sur un pont de chemin de fer qui enjambe une petite rivière. Quelques grandes clairières bordent la piste prés d’une aire de repos et on peut y observer souvent des Cerfs de virginie. La piste arrive ensuite au bord de la rivière qu’elle domine et vous trouverez une deuxième aire de repos. Ensuite vous arrivez à Fort-Coulonge. Vous y trouverez deux banques, dont une caisse Desjardins, un Métro, plusieurs dépanneurs et une multitude de services. Vous pourrez y observer de nombreux bâtiments patrimoniaux en pierre de taille de toute beauté. Vous pourrez également y voir le plus long pont couvert du Québec qui est le deuxième du Canada. Une vaste plage existe à l’embouchure de la rivière Coulonge.
Le parcours Val à l’âne Fort-Coulonge fait 25.4 kilomètres aller-retour.

Fort-Coulonge à Waltham

Le parcours fait 18 km. Àprés avoir longé la rivière Coulonge et être passé prêt du Pont couvert, vous aller arriver sur un très grand pont de chemin de fer qui vous mènera à Davidson. Vous allez ensuite cheminer au milieu de quelques pâturages avant d’entrer dans des bois et de longer la rivière des Outaouais. À cet endroit, la rivière forme un élargissement appelé le lac Coulonge. La piste vous mènera à Waltham.
Le parcours Val à l’âne Waltham fait 61.4 kilomètres aller-retour.

Waltham à Île-aux-Allumettes

Le dernier parcours fait 19.7 km. Il quitte l’ancienne voie de chemin de fer pour traverser l’Île-aux-Allumettes jusqu’à la frontière de l’Ontario, tout près de Pembroke, une très jolie ville ontarienne. Le début du chemin se fait sur la 148 sur trois kilomètres et demi environ jusqu’au chemin chemin east-range sur votre gauche. Le long du chemin, une piste cyclable a été aménagée. Elle traverse des paysages agricoles et forestiers jusqu’a une station-service et un dépanneur qui marque la fin de la piste cyclable.
Le parcours Val à l’âne Waltham fait 101 kilomètres aller-retour.

 L’histoire du Cycloparc PPJ :

La construction de la ligne de chemin de fer entre Ottawa à Waltham fut terminée en 1887. Elle aurait dû continuer vers l’Ouest, traversant l’île-aux-allumettes vers le Pacifique, mais elle ne fût jamais achevée. L.arrivée du chemin de fer marqua la fin de la navigation des magnifiques bateaux à vapeur sur la rivière des Outaouais et le déclin de villes autrefois magnifique comme Portage-du-Fort. Les villes situées le long de la voie de chemin de fer devinrent prospères. On peut encore voir un des anciens bâtiments de gare à Shawville dans lequel a été aménagé le musée du Pontiac. Les gares étaient à peu de chose près identiques et comprenaient une salle d’attente, le bureau du chef de gare et le local des messageries.

Il y avait deux trains de voyageurs par jour. Le trajet de Waltham à Ottawa prenait 2 heures et 40 minutes. Le déclin de la ligne commença dans les années 40 lorsqu’un seul train par jour assura le service pour les marchandises et les voyageurs. La ligne fut arrêtée en 1959.
Les rails furent enlevés et l’ancienne voie de chemin de fer fut transformée en piste cyclable.
Pour la petite histoire, le webmestre de ce site trouva son nom, le Cycloparc PPJ.

 Voir des photos

P.S. :

Lu 8806 fois sur l’ancien site.


1/5
La fin du grand tipi

Mon grand tipi, 24 pieds soit 7m30 de diamètre, c’est déchiré lors d’une tempête cet automne.
Les UV, l’humidité, les moisissures, le temps, elle avait un bon 15 ans, ont eu raison de sa résistance. Le vent a déchiré des pans entiers de la toile coté sud. J’ai ramassé des bouts de toile au sol. Ils se déchiraient comme du papier. La toile a perdu à certains endroits toute résistance. L’hiver, vu sa grande taille, il était impossible à chauffer et de ce fait peu utilisé.

Cela fait un grand vide. On y a mangé, fait la sieste, dormir, fait des fêtes, de la musique, des veillées… Au printemps on mettra un tipi plus petit à la place.

Nous sommes très tristes, car nous aimions beaucoup ce tipi. On verra pour en remettre un autre dans le futur mais avec une toile de meilleure qualité.

Le démontage a été bien plus facile que le montage. On a vidé l’intérieur, démonté tout ce qui pouvait l’être, il y avait des décorations suspendues un peu partout… on a démonté la jupe qui ceinturait le tipi. Les perches sont longues et lourde et d’un maniement difficile. On les a descendues une par une, rangées… puis est venu le moment de descendre la perche de toile. Elle est très lourde. On l’a dégagée du tripode, mise verticale et laissée tomber… la toile ne risquant plus rien ! En voyant la structure sans la toile, on voyait que sous les assauts des tempêtes qu’a affronté le tipi ces dernières années, les perches du côté ouest ont avancée de 50 cm pour certaines. Plusieurs fois, j’ai du les remettre en place. Une fois les trois perches de tripode au sol, l’espace nous a paru bien vide. On a rangé les perches pour une réutilisation future. On devra couper 20 à 30 cm de chaque perche, car la partie en contact avec le sol a pourrie et les repeindre avec de l’huile de lin au printemps. En examinant sur le tripode les cordes qui le retenait, on a pu constater que les cordes avaient glissé sur plus de 30 cm sur certaine perche. Pour bien faire, il faudrait démonter le tipi tous les ans, remettre les perches en place correctement mais la toile était tellement lourde qu’avec la panne du treuil de mon 4 × 4 qui me servait à la hisser je ne l’ai pas fait depuis plusieurs années.

En attendant de monter notre tipi de 15 pieds au printemps, j’ai fermé avec du plastic transparent l’espace de pique nique pour en faire un camp pour pique niquer l’hiver.

3/5
Balade dans la taiga devant chez Momo

Devant chez Momo à Kuujjuaq, il y a une grosse colline. Nous sommes partis l’explorer.
Nous avons gravi la colline, longé un premier lac.
Arrivé au sommet, nous avons décidé de partir explorer la vallée qui s’étendait devant nous. Après une descente parfois acrobatique, nous sommes arrivés dans une zone de tourbière.
On a dû se mouiller un peu les pieds… aucun passage au sec. Puis nous avons gravi la deuxième colline rocheuse. Arrivé au sommet, nous avons découvert des paysages magnifiques, lacs, toundra, taïga, à perte de vue. Nous avons continué notre périple et gravit une troisième colline, plus haute, rocheuse a souhait, plus abrupte. I y a des bleuets partout, des cèpes, des fleurs dans les endroits les plus inattendu. L’automne arrive, les arbustes rougeoient, c’est magnifique.

Nous voyons une grenouille dans un ruisseau, des traces d’animaux, quelques mésangeais, rapaces et corbeaux.

J’adore la taïga. On se croirait en montagne mais une montagne aplatie, on voit les traces des glaciers, les roches usées par le passage des glaciers, c’est impressionnant.

Certains endroits ressemblent a des jardins japonais. C’est zen !

Je pourrais marcher des heures, des jours… j’adore !

 <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />  <br width='600' height='337' />
5/5
La route de la Baie D’Ungava - la route de nulle-part

Au départ de Kuujjuaq, il existe une route surnommée “la route de nulle-part” qui devrait dans un avenir plus ou moins lointain se rendre jusque dans la baie D’Ungava jusqu’à Dry Bay où il pourrait y avoir un quai de déchargement pour les bateaux qui ravitaillent Kuujjuaq. Actuellement les bateaux stationnent loin des quais et toutes les marchandises sont déchargés sur des barges sujettes aux aléas climatiques. Hiver précoce, vent, glace et le bateau repart sans décharger le matériel, les carburants… et revient au printemps suivant.

Momo m’invite à partir à sa découverte avec Momovik.

La route est belle. Elle traverse la toundra sur des hauteurs, par moment elle domine la rivière Koksoak et on peut voir dans le lointain de la Taïga et des lacs immenses. De toute beauté !
Au fur et à mesure que l’on progresse vers le Nord, les arbres deviennent plus petits, se ratatine et disparaissent totalement. On arrive proche de la limite des arbres. Le climat devient de plus en plus rude.

Mais, car il y a un mais… la route est pas mal cassante, gravillons, tôle ondulée (planche à laver au Québec) elle est destructrice pour les suspensions et pour les colonnes vertébrales…

Voici quelques photos, la vidéo arrive sous peu.

 <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />  <br width='600' height='450' />

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • ppj014.jpg
  • 130.8 ko / JPEG
  • ppj017.jpg
  • 151.1 ko / JPEG
  • ppj004.jpg
  • 133.2 ko / JPEG
  • ppj002.jpg
  • 114.6 ko / JPEG
  • ppj003.jpg
  • 136.2 ko / JPEG
  • ppj004-2.jpg
  • 133.2 ko / JPEG
  • ppj005.jpg
  • 111.6 ko / JPEG
  • ppj006.jpg
  • 137.5 ko / JPEG
  • ppj007.jpg
  • 108.6 ko / JPEG
  • ppj009.jpg
  • 171.5 ko / JPEG
  • ppj010.jpg
  • 175 ko / JPEG
  • ppj011.jpg
  • 154.9 ko / JPEG
  • ppj012.jpg
  • 104.2 ko / JPEG
  • ppj013.jpg
  • 99.3 ko / JPEG
  • ppj014-2.jpg
  • 130.8 ko / JPEG
  • ppj015.jpg
  • 153.3 ko / JPEG
  • ppj016.jpg
  • 187 ko / JPEG
  • ppj017-2.jpg
  • 151.1 ko / JPEG
  • ppj018.jpg
  • 107.8 ko / JPEG
  • ppj019.jpg
  • 122.9 ko / JPEG
  • ppj020.jpg
  • 136 ko / JPEG
  • ppj021.jpg
  • 89.4 ko / JPEG
  • ppj022.jpg
  • 94.8 ko / JPEG
Forum
Répondre à cet article

Au fil des saisons

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Actualités

0 | 4 | 8

Jour de neige, BBQ et aurore boréale

Il a neigé. Ce matin, au réveil, c’était féérique ! La neige recouvrait tout. (...)

Dégel, innondation puis glaciation...

Les températures jouent au yoyo.

Après les grands froids de la période des (...)

Fin d’hiver

Quelques images de dindons, Cerfs de Virginie, perdrix... lors d’un redoux (...)

Octoberfest 2017

Comme tous les ans, nous nous sommes rendu à l’octoberfest à Ladysmith.

Nous (...)



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2006-2018 © Nature Québec - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL 4.0.49
Hébergeur : Voillemont Christian