Bandeau
Nature Québec
Les splendeurs de la nature sauvage

Au menu du blogue, la nature du Québec au fil des saisons, expédition en kayak camping, matériel d’expédition, kayak pliant Klepper à voile, Passe-montagne mon Land Rover série 3, balade et pêche en canoë, camping, faune et flore, survie, vie sauvage, cuisine sauvage, vie en tipi et joie et bonne humeur !

La rivière Dumoine
Article mis en ligne le 28 janvier 2016
dernière modification le 6 février 2016

par Christian
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

La rivière Dumoine coule dans une région très sauvage et se jette dans la rivière des Outaouais a 13 km en amont de Rapides-des-Joachims. Elle prend sa source dans le lac Machin et coule plein sud sur 144 kilomètres jusqu’à son embouchure.

L’eau de la rivière est pure et la faune et la flore y est remarquable. On peut y observer des aigles, des buses, des faucons, des grands hérons, des martins pêcheurs, des huards, des castors, des loutres, des rats musqués, des visons, des ours noir, des chevreuil. Un oeil exercé peut apercevoir des orignaux et des loups.

Dés 1613, la rivière Dumoine devint un important lieux de passage pour les Indiens de la Baie Georgienne qui allaient vendre à Québec leurs fourrures. Par un réseau de lacs et de rivières, ils contournaient la rivière des Outaouais où le chef Indien Tessouat avait instauré un droit de passage à l’île aux Allumettes et où les Iroquois multipliaient les raids meurtriers rendant dangereuse la navigation vers Lachine.
En 1730 les Français ont construit un fort à l’embouchure de la rivière. Il avait pour but de faciliter le commerce avec les Nishnabis et de les protéger contre les raids incessant des Iroquois. Le Fort était construit sur un lieu de rencontre et d’échange utilisé depuis des temps reculés par les têtes de boule, les Hurons et d’autres nations du Nord. Appartenant tout d’abord à la Compagnie de la baie d’Hudson, il fut géré par des indépendants après la conquête anglaise puis passa aux mains de la Compagnie du Nord-Ouest en 1784. En 1811, il redevint propriété de la Compagnie de la Baie d’Hudson et il ne cessa ces activités qu’en 1860 à cause des compagnie forestière qui, en détruisant les habitats faunique, firent presque disparaître les castors. Les Nishnabis partirent plus au Nord pour retrouver des territoires de chasse intact.
Au lieu-dit Indian Point (de son vrai nom Mos Sakik), au confluent du lac Dumoine et de la rivière de l’orignal, une communauté Nishnabis vécu jusqu’en 1918. Une terrible épidémie de grippe décima presque totalement le village et seul huit personnes, dont trois enfants, survécurent et partirent rejoindre une autre communauté à Kipawa.
Les industries forestières ont laissée des vestiges intéressants. On peut encore observer à certains endroits des vestiges de camps de bûcherons du siècle dernier, de bateaux alligators, de glissoires.

Même si il est possible de suivre les anciennes routes de coureurs de bois ou d’indiens et de partir de la réserve faunique de la Vérendrye, il est plus judicieux de partir de Rapides-des-Joachins et d’ y prendre un hydravion. Vous trouverez ainsi à votre point d’arrivée votre véhicule. Pendant le vol, vous verrez des paysages magnifiques parcourus de rivières, de rapides et de dizaines de chutes.

C’ est une rivière de difficulté moyenne. Vous y ferez au moins 8 portages et vous rencontrerez une douzaine de rapides d’eaux-vives, au moins cinq seuils, 25 R1, 20 R2, 10 R3, 5 R4, 1 R5 et 1 R6. Les rapides se trouvent presque tous dans les 70 derniers kilomètres.
Cette rivière est idéale pour les canoteurs débutants ou intermédiaires. Les rapides de classe I, II et III sont accessibles à tous et augmentent en nombre tout au long du parcours.
Il y a des emplacements de campings le long du parcours mais les canoteurs sont nombreux en juillet-août.

La Grande Chute est très spectaculaire à observer, la rivière y fait un saut de 125 pieds. On peut encore trouver de nos jours des vestiges de la grande Slide (glissoire à billot) qui fût utilisée jusqu’en 1895.
Le dernier jour du voyage vous aurez le souffle coupé par la Falaises des Aigles qui vous dominera du haut de ses 550 pieds.

 La rivière Dumoine en chiffre :

La longueur de la rivière Dumoine est de 144 km. Elle draine un bassin de 2110 km2.
Degré de difficulté en canot : moyen
Distance du grand Lac Victoria 212 km
du lac Joncas : 134 km
du lac Dumoine : 87 km (pointe sud)
du lac Forge : 170 km (pointe sud)
du pont : 63 km
de Sheerway : 39 km
des Grandes Chutes : 20 km
Nombre de portages du lac Dumoine à l’embouchure : 11
Nombre de rapides franchissables : une quarantaine

 Topo guide

Topo guide Rivière Dumoine
Document PDF, 3,77 Mo, 13 pages.
Cliquez pour agrandir

Le document suivant est issus de l’excellent site : http://cartespleinair.org/

Cette carte a été produite bénévolement par des pagayeurs collaborant au site cartespleinair.org et n’ayant pas la prétention d’être suffisamment fiables et expérimentés. Les auteurs se dégagent de toute responsabilité quant aux préjudices, dommages ou accidents pouvant découler de l’utilisation de cette carte. Des omissions ou erreurs sont toujours possibles, et nous vous serions reconnaissants de leur communiquer toute correction que vous auriez pu remarquer.

 Vidéo


Forum
Répondre à cet article

Au fil des saisons

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Actualités

0 | 4 | 8

Kayak pliant Pouch RZ 85-3

Samedi soir, en lisant mes flux RSS, je vois à vendre un kayak pliant POUCH (...)

La couleuvre d’eau - Nerodia sipedon sipedon

La couleuvre d’eau peut atteindre des longueurs de 1,1 en moyenne au Québec (...)

Aurores boréales dansantes

Je reçois les alertes des sites de météo spatiale concernant les apparitions (...)

Le Porc-épic d’Amérique (Erethizon dorsata)

C’est le printemps, les rivières sont en crue partout, car il a beaucoup plu. (...)



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2017 © Nature Québec - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.26
Hébergeur : Voillemont Christian